Contenu - Réseau européen de transport

Réseau européen de transport

Réseau international
Réseau international

Réseau international

Depuis les années 1960, les sociétés gazières ouest-européennes exploitent des quantités croissantes de gaz naturel provenant de différents pays. Pour ce faire, un dense réseau de transport (environ 190'000 km de conduites) a été construit. Le réseau interconnecté européen, en développement constant, s’étend de la mer du Nord et de la Baltique jusqu’à la Méditerranée, et de l’Atlantique à l’Europe de l’Est et à la Sibérie. Il permet d’exploiter les réserves provenant de gisements dispersés, de diversifier les voies de transport et d’échanger du gaz au niveau international en cas de difficultés de livraisons éventuelles.

Construction de la conduite de Transitgas
Construction de la conduite de Transitgas

Construction de la conduite de Transitgas

En 2011/2012, le gazoduc North Stream a été mis en service (liaison entre la Russie et l’Allemagne via la mer Baltique). D’autres gros projets de gazoduc sont en planification ou déjà partiellement en construction : South Stream (liaison Russie-Bulgarie via la mer Noire, avec une connexion sur l’Italie et une autre sur la frontière austro-slovaque) et Nabucco (liaison Turquie-Autriche via la Bulgarie, la Roumanie et la Hongrie).

En plus du transport par conduites, le gaz naturel est transformé par refroidissement en GNL (gaz naturel liquéfié) et acheminé sous forme liquide par des méthaniers jusqu’à des terminaux spéciaux, de plus en plus nombreux en Europe.

Station de compression de Transitgas AG à Ruswil
Station de compression de Transitgas AG à Ruswil

Station de compression de Transitgas AG à Ruswil

Méthaniers pour le transport de GNL (Image: Gaz de France)
Méthaniers pour le transport de GNL (Image: Gaz de France)

Méthaniers pour le transport de GNL (Image: Gaz de France)

Terminal de transformation: le GNL y est ramené à l’état gazeux
Terminal de transformation: le GNL y est ramené à l’état gazeux

Terminal de transformation: le GNL y est ramené à l’état gazeux

Note en bas