Contenu - Gisements

Gisement

Formation à partir de plancton et d’algues

Le plancton, l’une des matières à l’origine de la formation du gaz naturel.
Le plancton, l’une des matières à l’origine de la formation du gaz naturel.

Le plancton, l’une des matières à l’origine de la formation du gaz naturel.

Le gaz naturel utilisé aujourd’hui est d’origine organique, et s’est formé en même temps que le pétrole et le charbon, à partir de plancton et d’algues décomposés. Ces matières d’origine se sont déposées au fond de mers peu profondes, où, sous l’action des bactéries, elles ont fermenté et se sont transformées en vase putride.

Les sédiments formés de détritus continentaux à grain fin (argile, sable, chaux) ont constitué la roche-mère. Les matières organiques qui s’y trouvaient se sont transformées en une substance solide, apparentée au pétrole: le bitume. L’abaissement progressif du fond sous-marin et le dépôt croissant de sédiments plus récents ont entraîné une élévation de la pression et de la température, qui ont ensuite transformé le bitume en hydrocarbures liquides et gazeux: huile lourde, puis légère, et, enfin, gaz naturel. Ce dernier est très répandu dans les bassins d’hydrocarbures.

Formation d'origine végétale

L’autre origine du gaz naturel est liée au charbon, dont des plantes supérieures datant d’ères géologiques anciennes, notamment de l’ère carbonifère, furent la matière de départ. L’affaissement rapide du sol a entraîné ces matières végétales dans des strates plus profondes, où a eu lieu un processus de carbonisation, les transformant dans l’ordre en tourbe, lignite, houille et anthracite. Les produits de ces réactions ont entraîné des dégagements de gaz, en particulier de méthane. On trouve des exemples de gisements de gaz liés à la formation du charbon aux Pays-Bas ou dans la partie sud de la mer du Nord.

Formation de gisements

Le poids des couches sédimentaires entassées a comprimé la roche-mère au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait, ce qui en a fait sortir du pétrole et/ou du gaz naturel. En raison de leur faible poids et de la tension de surface, ces hydrocarbures remontent par des pores et des fissures dans des couches de roche poreuses plus proches de la surface. La migration s’est arrêtée là où la roche poreuse était couverte de couches imperméables (argile par exemple).

D’importants gisements n’ont toutefois pu se former qu’aux endroits où ces matériaux imperméables recouvraient une roche-magasin (grès, dolomite, chaux fissurée) d’une épaisseur suffisante, et où il existait un piège géologique.

Des réserves importantes devant nous

On découvre sans cesse de nouveaux gisements de gaz naturel. Les statistiques prévoient que les réserves actuellement prouvées couvriront nos besoins pour environ 63 ans. Si l’on compte toutes les réserves prouvées et récupérables, cette couverture est de 130 ans environ.

Note en bas