Contenu - 23.03.2015

23.3.2015 - 50 % de plus de biogaz dans le réseau gazier

Les ventes 2014 de gaz naturel et de biogaz se sont montées globalement à 34 710 GWh, en recul de 13 % par rapport à 2013. Ce repli est dû exclusivement à la baisse des degrés-jours de chauffage (-20 %) découlant de la clémence des conditions météorologiques. La demande de biogaz ne cesse de croître : les ventes de production indigène se sont élevées à 124 GWh en 2014 (+28 %).

 

Le gaz naturel a constamment développé sa position sur le marché suisse de l’énergie, grâce à des extensions de réseau, au raccordement de nouvelles communes et à l’acquisition de nouveaux clients. Aujourd’hui, plus des deux tiers de la population vit dans des communes alimentées en gaz naturel et en biogaz.

Le système de transport, d’une longueur de plus de 19 500 km, est enterré, ce qui permet d’assurer un approvisionnement sûr et constant de la clientèle qui utilise du gaz naturel et du biogaz pour les transformer en énergie thermique ou en chaleur industrielle, cela sans peser sur l’environnement ni aggraver les problèmes liés aux transports terrestres. La Suisse couvre environ les deux tiers de sa consommation avec du gaz extrait dans des pays de l’UE et en Norvège. Environ un quart de l’approvisionnement est assuré par du gaz russe. Ce gaz est acheminé en Suisse via de grands fournisseurs des pays voisins, qui disposent d’importants stockages souterrains. Les besoins de la Suisse sont de l’ordre de ceux de la ville de Hambourg et représentent quelque 0,7 % de la consommation européenne.

Le biogaz a du potentiel

La cote du biogaz, énergie renouvelable issue de déchets naturels, est à la hausse. Plusieurs distributeurs locaux proposent des produits comprenant du biogaz en différentes proportions. En 2014, 20 installations ont produit et injecté 213 GWh de biogaz dans le réseau gazier suisse (+50 %).

Malheureusement, le modèle de prescriptions énergétiques des cantons (MoPEC 2014), adopté en janvier par la Conférence des directeurs cantonaux de l’énergie, fait obstacle à des solutions offertes par le gaz naturel et le biogaz. Le modèle balise le chemin pour l’utilisation de l’énergie dans le domaine des bâtiments. Le potentiel de réduction des émissions de CO2 liées au chauffage à gaz est loin d’avoir été épuisé ; de plus, un recours accru au couplage chaleur-force (CCF) et au biogaz pourrait accroître non seulement l’efficacité énergétique, mais encore la part des énergies renouvelables. Le modèle est particulièrement insatisfaisant en ce qu’il ne prévoit pas de réglementation qui permettrait de reconnaître au biogaz distribué via le réseau de gaz naturel le statut d’énergie renouvelable. Les cantons ont maintenant la possibilité de corriger le tir au niveau de la législation d’application.

Les véhicules à gaz naturel ont le vent en poupe

Le nombre de véhicules propulsés au gaz a dépassé les 11 900 unités en Suisse en 2014 (+6 %). Au total, 1245 véhicules neufs ont été mis en circulation (+21 %). Les ventes de gaz naturel carburant se sont élevées à 206 GWh (-4 %). La proportion moyenne de biogaz dans le carburant a frôlé les 22 %. L’adjonction de biogaz permet d’améliorer encore le bilan CO2 des véhicules à gaz naturel, au demeurant déjà très bon.

Renseignements :

Thomas Hegglin, responsable RP et porte-parole de l’ASIG, 044 288 32 62, Hegglin@anti-cluttererdgas.ch

www.gaz-naturel.ch

Zurich, le 23 mars 2015

Note en bas